Non classé

Développer votre confiance en vous et augmenter votre leadership.

Le leader de demain sera jugé non pas sur son savoir faire mais sur son savoir être.

2013 sera l’année de tous les dangers pour ceux qui n’auront pas la volonté de transformer leur management en passant de la réactivité à la proactivité.

Le leadership se définit sur plusieurs axes :

  • Avoir deux longueurs d’avances dans le secteur dans lequel vous évoluez
  • Savoir convaincre et obtenir des oui
  • Donner du sens à ses actions, rappeler l’importance de chacun au sein de l’équipe
  • Connaître ses points forts et reconnaître ses axes de progrès
  • Oser recruter des collaborateurs d’un niveau supérieur à ce qui est attendu
  • S’affirmer avec sa direction en étant orienté sur les valeurs de l’entreprise
  • Donner plus de responsabilités, encourager les initiatives individuelles et collectives
  • Savoir célébrer les petites victoires quotidiennes et ne pas attendre la fin du championnat

Votre priorité est d’identifier vos points forts inexploités.

Comment faire ? Comme un 360°, vous allez lister vos 3 points forts et 3 axes de progrès.

Ensuite vous allez faire un sondage avec votre entourage proche : quels sont pour eux vos 3 qualités et vos 3 défauts?

Je sais, c’est un exercice difficile, surtout si vous êtes dirigeant et que vous n’avez pas l’habitude de demander ou de vous soucier de ce que les autres pensent de vous. Dans ce cas de figure, commencez par les amis, la famille puis votre garde rapprochée. Vous ne pourrez pas remporter ce championnat 2013 sans l’adhésion de votre équipe.

Vous êtes le facilitateur pour transmettre les informations primordiales et trouver des solutions aux situations les plus complexes. Vous avez été choisi pour réussir…

Soyez beaucoup plus proche de votre équipe que les années passées. N’oubliez pas une chose : une personne en zone de stress est en perte de confiance et a besoin de retrouver des fondamentaux sur son estime de soi.

Donnez leurs les moyens de vous donner le meilleur d’eux-mêmes.

Vous n’êtes pas seulement un gestionnaire mais un capitaine d’équipe qui doit la rendre la plus impliquée et performante possible. Sachez vous mettre en mode d’écoute et de questionnement pour comprendre ce qui est important pour eux en fonction de vos objectifs à atteindre.

 

Vous voici bientôt à l’heure des bilans et des entretiens annuels. Il est très fréquent que je coache des managers qui ne font qu’un entretien par an. Si c’est le cas, changez vos habitudes, sortez de votre zone de confort et organisez des têtes à têtes brefs, concis et efficaces.

Sachez identifier les zones de stress de votre équipe.

Par exemple : vous êtes responsable de commerciaux. Leur mission est d’être irréprochable sur la qualité de votre service client. Comment ? Grâce à une écoute active pour déterminer les besoins et y répondre en vendant vos produits.

Si vous ne prenez pas le temps de les coacher, de les écouter, comment leur demander d’être plus performant sur leur pratique d’écoute active.

C’est donc à vous d’initier des moments de valorisation sur ce qui est bien fait et être attentif à ce qui doit être amélioré en passant sur un mode de manager coach.

Ce ne sont pas les événements que nous vivons qui déterminent notre destinée mais la façon dont on va réagir ou pas sur les solutions à mettre en place.

Votre stratégie d’aujourd’hui est votre assurance de demain.

Je vous souhaite une excellente année 2013 sous le signe de la performance et du bien-être. Et oui, les 2 sont possibles !

A vous de jouer : Connaissez-vous, connaissez vos équipes et le meilleur est à venir !

Le vainqueur à toujours une longueur d’avance. Et vous ?

Le vainqueur a toujours une longueur d’avance. Et vous ?

Comment fait-il la différence ?

1. Il est proactif plutôt que réactif

Lorsqu’il est en période de préparation d’une compétition, il organise et planifie ses entrainements.

Il programme ses séances de préparation en augmentant la difficulté jour après jour.

Il s’est se remettre en question quand il le faut.

Le compétiteur est animé d’une rage de vaincre.

Et vous : vous subissez ou vous agissez ?

2. Il a un référencement interne

L’environnement extérieur n’a pas d’impact sur lui.

Quelque soit la météo, il va s’entrainer.

Il n’attend pas que les autres l’appellent pour aller s’entrainer.

Il suit son projet sans dérapage. Il a un objectif précis et il le tient.

Et vous : qui décide pour vous : vous ou les autres ?

3. Il définit des objectifs SMART

Simple

Mesurable

Ambitieux

Réalisable

Temporel

Et vous : vos objectifs sont-ils SMART ?

4. Il est conscient qu’il ne peut pas gagner à chaque fois

Il sait que le chemin est difficile. Connaître l’échec est un moyen de se remettre en question, de s’améliorer et de viser ainsi l’exploit et la réussite.

Il cherche les nouvelles stratégies à développer après chaque défaite.

« Ce qui ne me tue pas me rend plus fort ». Nietzsche

Et vous : vos derniers échecs vous ont-ils stoppés ou fait évolués ?

5. Il ne renonce jamais

Son maître mot : la persévérance.

Il trouve de nouvelles options face à la difficulté.

Il est motivé pour atteindre un haut niveau de compétition.

Son envie de gagner est plus grande que les obstacles rencontrés.

Telle la méthode Kaisen, il avance pas par pas. Chaque niveau de compétition est un défi pour arriver, petit à petit, au sommet.

Et vous : combien de fois avez-vous essayé avant de renoncer ?

6. Il est visionnaire

Il se visualise vainqueur.

Il se voit déjà sur la plus haute marche du podium et dépasser des records comme l’ont fait ses modèles.

Il cherche constamment à trouver de nouvelles méthodes d’entrainements, de stratégies. Il découvre, teste, désapprend et apprend tout ce qui lui permet d’évoluer.

Il sait qu’après la compétition, s’il veut rester en contact avec sa passion, il doit apprendre de nouvelles façons de transmettre tout ce qu’il a appris. Il anticipe déjà sa reconversion.

Et vous : dans 1 an, 3 ans, vous vous voyez faire quoi professionnellement, avec qui et comment ?

7. Il a un mental d’acier

Les 5 meilleurs joueurs de tennis mondiaux se valent techniquement ; leurs gestes sont parfaits. La différence, c’est la force de leurs images mentales.

Le gagnant sait créer un climat de confiance interne le jour J, quelque soit la pression. Sa force, c’est son mental, sa concentration.

Et vous : quelles sont les 3 points forts de votre mental ?

En résumé :

Le sport de haut niveau et le monde de l’entreprise, c’est le même terrain pour une compétition : une multitude de compétiteur avec de plus en plus de concurrence et de défis à relever.

Chaque jour est un nouveau challenge à relever pour se maintenir et/ou devenir numéro un.

Comment continuer à évoluer dans votre management en période de crise…

Comment transformer cette période en avantage, voire en opportunité pour votre carrière professionnelle ?

Comment traverser cette crise économique génératrice de stress et de doute pour l’avenir de chacun ?

L’Homme est au cœur du système, il est la clé de transformation de la réussite des projets et des équipes.

Derrière toute situation de changement, de stress, il y a une possibilité de développement pour l’être humain et d’acquisition de nouvelles stratégies pour répondre à un environnement supposé hostile….

Le coaching permet de questionner le manager, lui donnant ainsi la possibilité de redécouvrir son potentiel de porteur de sens auprès des équipes et d’aller chercher en lui un nouveau type de questionnement, pour créer de nouveaux comportements gagnants pour son bien-être et ses facultés à relever des défis. Il suffit de regarder l’évolution de l’homme dans notre contexte actuel.

Pourquoi certains managers réussissent de mieux en mieux alors que d’autres sombrent dans le doute et l’incertitude jour aprés jour ?

Pourquoi ces deux extrêmes ? Le premier se focalise sur les solutions à trouver, quel que soit le contexte ambiant. Le second se concentre sur les obstacles, les problématiques et répond négativement dans ses attitudes… Résultat:la perception de chacun va donner des comportements gagnants ou perdants en fonction de sa vision, ses croyances, ses valeurs.

Un exemple de notre démarche d’accompagnement au sein d’un groupe international : un manager ayant obtenu de très bons résultats en terme de chiffres d’affaires et de management vient d’être promu pour diriger une équipe plus imoprtante. Lors de cette nouvelle prise de fonction, il se sent valorisé et à la fois stressé avec la peur de ne pas réussir ce new challenge; ses préoccupations sont comment se sentir reconnu et accepté lors de ses premières réunions avec le comité de direction et l’ensemble des collaborateurs.

La mission du coach est d’accompagner le manager à se questionner différemment. Lorsqu’il traverse une zone de turbulences, certes l’environnement est changeant pour lui mais il reste le pilote de ses actions. Il a toujours la possibilité de changer de trajectoire en fonction de ce qui est le plus important pour son développement et son leadership, de décoller et d’atterir ainsi dans les meilleures conditions. Si il perd ce focus, il va passer de l’action à la réaction et ainsi subir rapidement les événements.

Plus le manager va connaitre ses valeurs, motivations et celles de l’entreprise, plus il sera force de proposition en phase avec sa nouvelle mission.

De là va découler un rêve , une vision (souvenez-vous  » I have a dream… »).

Quelle est sa vision, son projet, ses rêves à 6 mois, 1 an, 5 ans en tant que manager et plus principalement en tant qu’homme…? Plus il va se visualiser concrètement sur des choses importantes à réaliser en cohérence avec ses valeurs, plus cela va donner du sens et de la puissance à sa qualité de vie . Pourquoi? Parce qu’il n’y a pas de bon vent pour le marin qui ne connait pas sa destination!

Quelle est la bonne stratégie pour accéder à ce que nous appellons en coaching l’état désiré, l’objectif à atteindre (l’état présent étant sa promotion à ce nouveau poste)? Quels types de nouveaux comportements (savoir faire et être) sont nécessaires pour obtenir des résultats à court terme pour valider son nouveau statut de leader?

Vous qui lisez ces quelques lignes, vous savez mieux que quiconque que les mêmes actions répétées quotidiennement donnent les mêmes résultats et finissent par être dépassés. Regardez autour de vous le nombre de personnes qui répètent les mêmes comportements, prises de parole et stratégies vouées à l’échec… Elles savent qu’elles doivent changer mais elles n’y arrivent pas. Alors pourquoi le changement est si facile en théorie et si difficile en pratique? Il est porteur d’inconnu, de risque et votre système nerveux préfère des habitudes moyennes connues plutôt que de nouvelles initiatives performantes inconnues.

Quelle stratégie mettre en place pour évoluer dans un environnement de plus en plus compétitif donc challengeant pour certains et stressant pour d’autres?

Qu’est-ce que le stress? Le stress est  » l’incapacité de l’être humain à s’adapter à un nouvel environnement hostile ».

La dernière étape consiste à travailler sur un des leviers de croissance du leader: » Sa communication « .

Comment va-t’il communiquer sur son projet dans son nouvel environnement et plus principalement quels sont les messages clés qu’il se répète consciemment ou inconsciemment dans la réalisation de ses objectifs. Le manager se doit de rester convaincant, stimulant même en période de doute et rester maître de sa destinée, en fonction de ses valeurs.

Voilà pourquoi mieux communiquer est essentiel pour la réussite de sa vie ou tout simplement se maintenir à son poste dans les meilleures conditions .

La qualité de votre communication avec votre environnement est révélatrice de votre qualité de vie..

Les 5 Clés pour mieux gérer votre temps.

Lorsque l’on observe les grandes réussites, dans le monde du business, du sport de haut niveau, des médias, il faut 10 ans pour arriver au sommet de son art.

Et vous, comment gérez-vous temps ?

Les métiers à responsabilité d’aujourd’hui travaillent plus de 8h par jour avec des week-ends qui se raccourcissent.

Grâce à la technologie qui révolutionne notre mode de communication, nous sommes reliés 24h sur 24h.

Optimiser sa gestion du temps, c’est se donner une nouvelle possibilité de mieux gérer son activité quotidienne et retrouver du temps libre pour nous accomplir dans d’autres domaines de vie.

Vous  êtes la personne la plus importante de votre organisation, de votre structure et de votre vie quotidienne.

«  Il ne s’est jamais rien produit dans le passé, il ne se passera jamais rien dans le futur, tout ce que vous faites se passe dans l’instant présent ». Eckhart Tollé

Quel est votre rapport au temps?

  • Etes- vous orienté futur à vouloir toujours vous projeter et passer à côté du moment présent ?
  • Etes-vous orienté dans le passé, sur ce que vous n’avez pas fait hier, sur ce que vous auriez dû faire quelques jours avant ?
  • Ou êtes-vous constamment en train de courir après la montre ?

Comment occupez- vous votre temps ?

Si je vous offrais 86000 par jour et que vous deviez tout dépenser en 24h, qu’en feriez-vous ?

Dans la plupart des cas, la réponse est d’en dépenser qu’une partie et d’épargner le reste.

Ah excusez-moi, j’ai oublié d’ajouter un détail et de vous précisez qu’il s’agit des 86000 secondes qui sont à votre disposition chaque jour !

La bonne nouvelle, c’est que vous êtes immensément riche chaque matin au réveil.

L’inconvénient : votre capital journalier ne peut pas être conservé, protégé dans un coffre fort.

Votre temps est votre valeur la plus précieuse.

Vous et moi disposons d’un capital horaire qui selon la façon dont il est géré va influencer fortement la qualité de notre vie.

  1. Identifier les 5 phrases répétitives que vous utilisez souvent avec «   j’ai pas le temps de … ».
  2. Quels sont les facteurs qui vous font perdre le plus de temps ?
  3. Etes-vous aussi stratégique avec votre temps qu’avec votre argent ?

L’université d’Oxford a démontré, lors d’une étude sur l’emploi du temps universitaire, que ceux qui ne parvenaient pas obtenir leur diplôme avaient tous ce facteur commun : dans leur façon de traiter l’information, de mémoriser les infos primordiales, ils se consacraient essentiellement aux sujets qu’ils leur plaisaient le plus plutôt que d’être orienté sur les résultats.

Les personnes qui sont le plus stressées par un manque de temps sont celles qui repoussent les tâches fastidieuses, désagréables à plus tard.

Vous êtes payé, engagé pour produire et générer des résultats et pas officiellement pour prendre du plaisir dans la gestion de vos tâches quotidiennes.

Essayez dans les 8 prochains jours de ne jamais repousser les actions que vous êtes obligé d’effectué, certes cela sera déplaisant dans un premier temps, mais la récompense de retrouver plus de temps libre et plus de plaisir dans votre quotidien est inestimable.

Pourquoi êtes-vous payé ?

 

Revenez toujours au fondamentaux : quelles sont les personnes les plus importantes dans votre sphère professionnelle, à qui vous devez fournir une action, une réponse rapidement ?

Sachez planifier dans le temps

Par exemple, pour votre gestion du temps hebdomadaire:

  • A court terme : agir vite, répondre dans les 2h.
  • A moyen terme : agir, répondre entre 24h et 48h.
  • A long terme : dans les 8 jours.

La croyance dans le monde de l’entreprise est que la gestion du temps est répartie en fonction des résultats.

 

Ce principe Pareto nous rappelle les fondamentaux suivants : 20% d’une conversation lors d’une négociation donne 80% des résultats. Le reste, c’est du blabla.

20% de nos relations nous procurent 80% de bonheur.

20% des clients en entreprise génèrent 80% du chiffre d’affaire.

Et vous, est-ce que vous appliquez ce principe dans vos tâches quotidiennes ?

Identifiez 20% de vos actions qui vous rapportent 80% de résultats.

 

Vous voulez retrouver de la clarté sur votre boite mail ?

 

Après chaque lecture du dernier courriel, soyez pragmatique et efficace : soit vous classez soit vous jetez directement.

Donnez-vous maximum 3 minutes par message.

Une fois par trimestre, faites le point sur les mails classés. S’ils n’ont pas été lu et que vous n’avez pas besoin de les garder sur le plan juridique ou en archive : mission corbeille.

Pour toute nouvelle tâche à effectuer, posez-vous la question suivante : est-ce que c’est vous qui devez absolument la réaliser ou vous pouvez la confier à quelqu’un ?

 

Définissez dans votre cercle pro et perso qui vous allez choisir et valoriser la sur la mission à accomplir. Et là c’est tout un art, pour déléguer et confier des actions que vous n’aurez plus à faire et ainsi reprendre du temps pour vous.

Attention, rester pragmatique sur ce que vous allez transmettre.

Je vous laisse avec ces 5 clés de réussite. Testez, expérimentez, osez désapprendre et lâchez vos habitudes pour reprendre de la puissance dans votre réalisation professionnelle et continuer à révéler votre leadership by Philippe TAKACS.

Philippe Takacs : Une clé efficace pour développer votre communication et obtenir plus de résultats.

Dans de nombreux cas, la problématique que rencontre les dirigeants ou managers avec leurs équipes se résume à un manque de résultats entre ce qui devrait être fait et ce qui est réellement réalisé.

L’objectif de tout capitaine d’équipe est d’obtenir de la performance et des résultats mesurables.

Que faire lorsque que l’un de vos collaborateurs ne veut pas agir ou aller dans votre sens ?

Plusieurs profils de collaborateurs s’offrent à vous :

  1. Vous avez affaire à une personne rebelle qui a trouvé sa façon d’exister en commençant ses phrases par « oui mais…, je suis pas d’accord ». Indicateurs : peur du changement, besoin de s’affirmer face à vous.
  2. « Je n’y arrive pas, j’ai déjà essayé, ça ne marche pas…». C’est une personne qui repousse l’échéance soit pour ne pas sortir de sa zone de confort soit parce qu’elle n’a pas les compétences. Indicateurs : volonté de ne pas agir, manque de compétence.
  3. « J’ai pas le temps, j’ai trop de choses à faire ». Vous avez affaire à une personne qui trouve toujours un événement externe ou interne pour ne pas agir sur le moment. Indicateurs : un agenda non actualisé ou pas utilisé, toujours en train de courir, procrastination.

Vous avez tous connu ce type de profils qui ne font que ralentir ou stopper votre progression ou celle de votre équipe.

Dès que vous avez identifié la résistance à la performance, voici une technique simple et efficace :

Plan d’action :

Prenons le rebelle : dès que vous entendez le « oui mais » alors vous reformulez du type « ce que tu me dis, c’est oui mais… » et là faites préciser à votre interlocuteur si c’est oui ou si c’est mais.

Autre exemple « je le ferai plus tard… » : « quand tu dis plus tard, c’est quand précisément ? »

« Et quelle sera la date de finalisation ? »

Surtout attendez la réponse.

C’est là ou tout va se jouer dans votre maitrise d’accueillir la réponse, vous allez découvrir la puissance de l’aïkido relationnel.

Cette stratégie de reformulation est très efficace à appliquer au quotidien.

Pourquoi ?

Observez autour de vous les conflits ou observez-vous, cela démarre toujours par une non prise en compte de ce que vous dit l’autre.

Ex : « Je le ferai plus tard », réponse « non, il me le faut maintenant ». Vous êtes dans un ping pong relationnel et cela vous fait perdre beaucoup d’énergie car vous allez donner du pouvoir à l’autre pour agir à contre sens de ce que vous attendez. Vous pensez gagner dans votre affirmation mais l’autre n’agit pas pour autant comme vous le souhaiteriez.

En résumé, la reformulation va vous permettre de recueillir des sources d’informations que vous n’auriez jamais obtenu en vous affirmant sans prendre en compte l’autre.

Votre réussite dépend de votre capacité à fédérer tout autour de vous et générer des résultats en croissance quelque soit les conditions.

A chaque fois que vous percevez un empêchement à l’action, reformulez, faites préciser et redéfinissez les règles.

Bon management à vous sous le signe de la performance et de la réussite.

Philippe Takacs : Comment devenir plus performant avec les 5 niveaux de Maslow ?

Avez-vous dans votre entourage pro ou perso une personne qui ne parvient pas à atteindre ses objectifs ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certains réussissent et d’autres pas?

Vous pensez peut-être que c’est de la chance…

Si vous souhaitez réussir, soit vous attendez que la chance frappe à votre porte soit vous la provoquez. Alors lisez bien ce qui va suivre.

Aujourd’hui je vous propose un concept universel qui a fait ses preuves depuis des décennies :

La pyramide de Maslow:

 

Les recherches de Maslow démontrent que pour évoluer au sein d’un système, d’une équipe, d’un environnement il y a un ordre croissant de niveaux à respecter dans le but de définir des leviers de motivation.

Sa découverte est qu’un besoin supérieur ne peut apparaitre que quand les besoins inférieurs sont comblés.

Dès que le premier niveau est atteint, il va générer des besoins supérieurs d’évolution et engendrer un second niveau, interdépendant. Et ainsi de suite jusqu’au au dernier niveau et sommet de la pyramide.

Bien qu’il soit question de pyramide dans cet article, Il parlait plutôt de hiérarchie des besoins, mais ce concept est traduit sous cette forme.

Si vous intégrer ce GPS dans votre vie, vous allez pouvoir constater que lorsque vous avez une problématique cela dépend d’un de vos besoins qui n’est pas comblé, respecté.

Ce modèle a l’avantage d’être immédiatement compréhensible.

Essayez ! C’est simple à utiliser et riche en enseignement.

Je vous invite à découvrir ou redécouvrir cette pyramide.

 

Niveau 1 : les besoins physiologiques

C’est la base de l’édifice, sans eux pas de vie, ce sont les besoins primaires liés à la survie de l’espèce humaine.

  • Respirer
  • Se nourrir
  • Boire
  • s’habiller…

Ces besoins vous paraissent évidents parce qu’ils sont quasis atteints dans nos pays occidentaux.

Mais n’oublions pas qu’au cours des 60 dernières années, la population du globe a presque triplé. Les pays du Nord qui représentent 20% de la population mondiale, consomment 80% des ressources de la planète et que nous faisons partie des privilégiés.

L’étape suivante que nous allons aborder a pris un sens particulier depuis quelques années. Nous sommes dans une crise internationale qui génère à tout point de vue des sentiments d’insécurité de plus en plus présents dans une multitude de domaines de vie. L’être humain a 10 fois plus de volonté pour éviter de souffrir que pour être plus heureux. Surprenant mais c’est vrai !


Niveau 2 : les besoins de sécurité

Chacun d’entre nous a défini un besoin de sécurité minimal en fonction de son éducation, sa culture, ses habitudes au sein de l’environnement dans lequel il évolue.

Vous allez chercher d’abord à satisfaire le besoin qui vous semble le plus important en fonction de vos peurs.

Ces besoins sont de plus en plus complexes au sein d’une société en pleine mutation et contradiction.

Voici quelques exemples :

  • Un toit
  • La sécurité de l’emploi
  • La santé
  • Une assurance

Dès que ces 2 premiers étages sont atteints, il va en découler le besoin de vivre un besoin d’appartenance. Vous, qui lisez cet article, faites-vous partie de l’un des réseaux sociaux type Facebook, twitter, linkedin ? Ces réseaux permettent d’appartenir à un groupe, réseau, à une tendance pour pouvoir mieux exister au sein de la société.

Souvenez-vous de ceci : Un besoin cesse d’exister, au moins pendant quelque temps, lorsque vous l’avez satisfait et vous allez faire en sorte de rester connecter avec ce sentiment d’appartenance et de reconnaissance.

 

Niveau 3 : les besoins d’appartenance

Ce sont essentiellement des besoins relationnels, collectifs et d’amour:

Le 1er besoin d’appartenance est la famille.

Autre :

  • Le couple
  • Les amis
  • Les collègues
  • Les associations
  • appartenir à un groupe dans les relations amicales

L’être humain se différencie par son besoin de reconnaissance au sein du groupe dans lequel il vit.

Les dernières études dans le monde de l’entreprise démontrent que les salariés préfèrent vivre dans une bonne ambiance avec des signes de reconnaissance positifs de leur boss plutôt que gagner plus dans un contexte stressant, dévalorisant.

 

Niveau 4 : le besoin d’estime

Exemple :

  • Reconnaissance
  • Considération
  • Félicitations

En France, dès l’enfance, chaque bonne action est récompensée par les bon points, friandises, argent de poches… et plus tard les diplômes, certains sont des sésames sans quoi impossible d’intégrer le niveau supérieur.

 

Ce qui nous amène au 5ème niveau et sommet de la pyramide.

C’est le niveau qui va faire toute la différence dans l’évolution de chacun.

 

Niveau 5 : le besoin de s’accomplir

C’est généralement à ce niveau là de la pyramide Maslow que vous allez réaliser vos rêves en fonction de vos objectifs.

Vous passez de la réactivité à la pro-activité. Ce qui vous mènera à votre succès selon votre degré d’ambition. Ce pallier n’est pas atteint par tout le monde alors que c’est l’une des clés de l’épanouissement. L’homme n’est pas fait pour stagner, il a besoin de :

  • Se réaliser
  • Créer, Partager
  • Aider les autres
  • Evoluer, investir
  • Apprendre, transmettre
  • Donner du sens à sa vie

« On est tous là pour laisser une trace ». Steve Jobs

 

Toutes vos actions sont toujours orientées vers un objectif, qu’il soit conscient ou non.

Cet outil est le premier présenté, certes basique, mais le constat est qu’il est connu sans être optimisé.

D’une manière générale, la pyramide de Maslow sert à mieux identifier vos besoins et motivations qui vont vous permettre de clarifier vos leviers de croissances.

L’avantage est que vous pouvez l’utiliser dans n’importe quelle domaine de vie.

Expérimentez et profitez-en pour prendre du recul sur les prochaines phases de votre évolution.

 

Scroll Up